Espèces endémiques

Faut-il construire un « ecolodge » à Casy ?
Casy
Action Biosphère jeu 06/05/2010 - 09:40
La construction d'un "ecolodge" à Casy, n'est-ce-pas un bel exemple de greenwashing ?
L’exploitation du sable de mer : quels impacts ? Quelles alternatives ?
pointe vidoire
Action Biosphère jeu 23/08/2007 - 12:15
L’exploitation du sable de mer : quels impacts ? Quelles alternatives ? Observations d’EPLP & AB ,enquête publique d'exploitation de sable à la Pointe Vidoire à Nessadiou.
Le gecko de Tiébaghi
Oedodera marmorata
Action Biosphère mer 03/08/2005 - 18:23
Courrier d'Action Biosphère en faveur de la sauvegarde du « gecko de Tiébaghi », une espèce endémique très localisée menacée par des activités minières

De l'inscription des récifs coralliens au patrimoine mondial de l’UNESCO

recif
L'inscription des récifs coraliens de Nouvelle-Calédonie au patrimoine mondial de l’UNESCO a été émise à l’origine par quelques défenseurs de la nature...
Callitris pancheri gymnosperme endémique de la Nouvelle-Calédonie
Callitris pancheri
Action Biosphère dim 01/01/1995 - 18:55
Neocallitropsis pancheri, gymnosperme endémique de la Nouvelle-Calédonie Considérations en vue du classement de l’espèce en annexe II de la Convention de Washington

La journée de la forêt

forêt primaire

A la demande du maire de Thio, M. MAPERI, Action Biosphère a organisé, à l’intention du Conseil Consultatif Coutumier, une journée de la forêt le 1er juin 1994 à Thio. L’objectif de cette journée consistait à donner un aperçu de l’état de la forêt en Nouvelle-Calédonie, et d’esquisser les perspectives d’une gestion rationnelle. Il a été fait appel à des scientifiques, des chercheurs, des experts, des techniciens, pour traiter le programme.

La réserve botanique de la Chute de la Madeleine Propositions de mesures urgentes pour la préservation du site (1994)

chutes de la Madeleine
Les problèmes évoqués autour de la Réserve de la Chute de la Madeleine sont symptomatiques d’un malaise plus général. Le Service de l’Environnement pour y faire face semble désespérément démuni et sous-équipé de plus d’une manière. Même un minimum de protection n’est pas assuré pour la plupart des réserves ; en fait elles n’existent que sur le papier. Les feux s’y propagent librement, on pratique la chasse et des sports mécaniques dans les réserves intégrales, on coupe du bois, on cherche des plantes dans les réserves botaniques….