Projet d’aire protégée de la cote oubliée observations d’action biosphère

  • Temps de lecture 6 minutes
embouchure
embouchure de la Pourina

La Côte Oubliée s’étend sur environ 80 km sur la Côte Est entre la tribu de Borendy au sud de Thio et celle d’Unia, au nord de Yaté. En raison de sa difficulté d’accès par voie terrestre, cette zone côtière est restée relativement préservée et a échappé aux pressions anthropiques de la Côte Ouest, en particulier la région de Nouméa distante d’à peine 40 km à vol d’oiseau. Faiblement peuplée, la Côte Oubliée se caractérise par de vastes massifs montagneux, des vallées encaissées, des espaces forestiers avec une biodiversité tout à fait particulière. Par endroit, elle a toutefois souffert de nombreux feux de brousse, de l’ouverture parfois anarchique, de pistes de prospection et d’exploitations minières de nickel ou de chrome.
Dès 2014, dans le cadre de la politique de transition  énergétique initiée par le gouvernement, la rumeur de la construction d’un barrage hydroélectrique sur la Ouiné, avait circulé suscitant l’inquiétude des populations riveraines et d’AB à propos des impacts destructeurs que ce projet était susceptible d’avoir sur l’environnement.  Conscientes de la nécessité de préserver les ressources naturelles de leur région, les autorités coutumières de Borendy et d’Unia ont demandé et obtenu un moratoire contre de nouvelles exploitations  minières de 2014 à 2016 pour l’ensemble de la Côte Oubliée, et l’adoption d’un statut de développement durable. Ce moratoire a été reconduit pour une période de 2018 à 2028. Il inclue une opposition à l’ouverture de nouvelles routes, de nouvelles mines et de nouveaux travaux d’infrastructures. Il a principalement pour objectifs :
    • Dresser un inventaire du patrimoine naturel
    • Un statut juridique approprié pour les enjeux environnementaux
    • Une étude du patrimoine culturel et humain
    • Une concertation prévue sur le long terme pour un développement intégré du territoire dans le respect de l’homme et de l’environnement.
    • Un plan de développement durable avec une vision à l’horizon  2050.

Pour répondre à cette demande, la Province sud a décidé de créer une aire protégée à la Côte oubliée, un projet qui a fait l’objet d’une présentation au Comité pour la Protection de l’Environnement le 17 janvier 2019, une réunion à laquelle Action Biosphère a eu le privilège de participer.
Il va de soi qu’Action Biosphère ne peut qu’apporter son soutien au moratoire et émettre un avis favorable au projet de création d’une Aire protégée sur la Côte Oubliée. Nous tenons toutefois, dans un esprit de saine coopération à  réitérer quelques remarques énoncées dans le cadre de cette  réunion :

    1. Sur le projet de barrage à la Ouiné

Le barrage envisagé sur la Ouiné se situerait au cœur du parc provincial de la Côte Oubliée. Les dégâts qu’occasionneraient l’ouverture de route, l’acheminement des matériaux, les travaux de terrassements, sa construction,  seraient considérables.  Son intérêt discutable, vu sa situation géographique et probablement son coût prohibitif et donc son intérêt économique incertain. Il semble que ce projet est à l’heure actuelle, suspendu,  dans l’attente d’études complémentaires. Nous estimons que ce projet de barrage est incompatible avec les finalités d’une aire protégée et demandons par conséquent, qu’il soit définitivement abandonné

    2. Sur les limites du parc.

La consultation de la carte du projet de parc provincial permet de constater que les limites du futur parc ne correspondent pas à l’espace de la Côte oubliée qui a fait l’objet du moratoire initié par les coutumiers. L’espace susceptible d’être protégé englobe pour l’essentiel les massifs montagneux de la région à l’exception de la bande côtière. Pour des raisons de connectivité biologique et d’intégrité des écosystèmes, nous estimons que la totalité de la bande côtière avec le lagon qui la borde, doit être intégrée dans les limites du parc. Si les activités minières semblent prohibées dans le parc, il n’en va pas de même sur la bande côtière où subsistent de nombreux titres miniers qui peuvent donner lieu à une exploitation.
Par ailleurs,  au lieu d’adopter un niveau unique de protection, comme c’est le cas pour le parc provincial, il serait alors possible, à l’intérieur de l’ aire protégée de délimiter des zones ayant un niveau de protection différent, en concertation avec les populations riveraines ainsi que les activités qui y sont autorisées et celles qui ne le sont pas.
La définition des limites du parc renvoie par ailleurs à une autre problématique : les niveaux de protection et les catégories des aires protégées. Ils sont de 6 pour l’UICN et de 4 pour la Province Sud. Dans un souci de cohérence au niveau de la Nouvelle Calédonie, il serait judicieux de trouver un accord entre les Provinces et le congrès (pour le Parc Naturel de la Mer de Corail)  sur une harmonisation des niveaux de protection et donc des catégories des aires protégées, dans la perspective d’une « approche Pays ».

    3. Sur les bassins versants

Dans de rares endroits, comme à l’embouchure de la Ni, les limites du futur parc rejoignent le bord de mer. Elles n’englobent toutefois qu’un seul versant de la vallée, le long du cours d’eau. La préservation du cours d’eau et de l’écosystème qui y est associé, notamment dans l’embouchure impose la protection des deux versants et donc l’extension des limites du parc à l’ensemble du bassin versant.

    4. Sur l’intégration de l’Aire de gestion durable  de port Bouquet

Il y a quelques années, les autorités coutumières de Borendi avaient demandé des mesures de protection de Port Bouquet, en particulier des ilots de la baie, ce qui a conduit la Province sud à créer dans cette région une aire de gestion durable des ressources. Nous considérons que cette zone d’environ 320 hectares doit être intégralement intégrée dans le parc provincial, ce qui suppose l’élargissement des limites du parc à l’ensemble de la Baie.

    5. Sur le nié et la vallée de Comboui

L’examen de la carte permet de constater qu’une grande partie de la vallée de Comboui, qui rejoint la mer à hauteur de Saint Jean Baptiste se trouve exclue des limites du futur parc. C’est pourtant dans cette vallée que se situent d’importants peuplements de sapins de comboui, (callitris sulcata), ou nié en langue autochtone, une espèce endémique rare et protégée dont le bois est réputé imputrescible. Il est utilisé pour la construction de case et tient une valeur particulière dans la culture kanak. Dans un document de l’IRD datant de 2003, on peut lire au sujet du sapin de comboui : «  Nous recommandons que le statut de cette espèce soit passé de « vulnérable »à « en grand danger d’extinction ». Des mesures drastiques de conservations devraient être prises par les autorités locales et provinciales. Une protection complète du nié est nécessaire et un plan de conservation énergique devrait être entrepris ». L’exclusion de la vallée de Comboui nous parait de ce fait totalement incompréhensible et constitue une anomalie qu’il convient de rectifier.

    6. Sur les très nombreux titres miniers

Le projet du Parc entraînera le gel de « tout ou partie » des 102 titres miniers soit le gel de 41% du domaine minier de la Côte Oubliée… » « Tout ou partie » ? La surface totale des titres miniers est de 56 602 ha et la surface terrestre du Parc 83 000 ha. Même si les dispositions statutaires d’un parc provincial y excluent les activités extractives, la présence de très nombreux titres miniers  dans les limites du parc et dans sa périphérie incline à penser que l’éventualité d’une exploitation minière n’y est pas totalement  exclue. Cette considération renvoie d’ailleurs à un principe largement admis en Nouvelle Calédonie qui consiste à faire primer le droit du sous-sol sur le droit du sol. Cette éventualité nous parait d’autant plus préoccupante qu’une dérogation à cette interdiction peut être accordée sur simple décision du  Président de la Province. Compte tenu des caractéristiques géographiques de la région, un relief très accidenté, une forte pluviométrie, les risques de pollution des cours d’eau et du lagon, la fragilité du milieu, et comme en témoignent d’anciennes mines et des pistes de prospection, toute activité extractive doit être bannie dans la région, car les dégâts y sont irréparables.

    7. Sur l’intégration  du milieu marin.

Seul un espace réduit du lagon est inscrit dans les limites du futur parc. L’état dégradé du milieu marin dans la région de Thio en raison de la pollution des cours d’eau et des activités minières n’est un mystère pour personne, comme l’avait signalé Cousteau à son époque. Afin que toutes les dispositions soient prises pour protéger ce milieu, nous estimons que c’est l’ensemble de la zone maritime de la côte oubliée, jusqu’aux limites du Parc Naturel de la Mer de Corail qui doit être intégré dans le parc provincial. La pollution de la mer venant de la terre, cette intégration nécessitera que soient prises les mesures qui s’imposent pour agir sur les atteintes du milieu terrestre liées aux anciennes exploitations minières et aux feux de brousse pour lutter contre l’érosion et contrôler efficacement l’écoulement des eaux

    8. Sur la gouvernance pour la gestion du parc.

Nous constatons avec satisfaction que les autorités coutumières et les populations locales semblent étroitement associées à l’élaboration et à la gestion du parc. Nous nous interrogeons toutefois sur la place de la société civile et regrettons qu’il ne semble pas prévu la création d’un comité de gestion du parc pour permettre aux associations environnementales locales de participer activement à sa gestion.

Les missions scientifiques qui se sont succédé  ont découvert à chacune de leurs expéditions de nouvelles espèces et la Côte Oubliée est loin d’avoir révélé la totalité de sa diversité biologique. En 1992, en nous opposant à l’exploitation des kaoris de la Ni, nous avions réussi à empêcher le saccage d’une vallée et à en préserver les richesses naturelles. Nous espérons que le Parc puisse voir le jour dans un avenir proche, que les mesures qui seront prises sont de nature à préserver  les ressources naturelles de cette région et que la Côte oubliée garde pour longtemps son caractère secret, sauvage et mystérieux.