Gouvernance du Parc Naturel de la mer de Corail

  • Temps de lecture 1 minute
Zonage PNMC

Action Biosphère écrit une lettre ouverte aux autorités concernant la gestion du Parc Naturel de la Mer de Corail (PNMC). En voici le contenu:

Action Biosphère
A l’attention de
Monsieur le Haut-commissaire de la République, Monsieur le Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
Lettre ouverte
Objet : Gouvernance du Parc Naturel de la mer de Corail
Monsieur le Haut-commissaire, Monsieur le Président,

En tant que membre du collège de la société civile du comité de gestion du PNMC, notre association a l’honneur de vous  faire part des points suivants concernant la gestion du PNMC dont vous êtes co-présidents :

  1. Nous tenons à dénoncer le non-respect de l’un des principes qui figure pourtant en bonne place dans le plan de gestion adopté à la majorité par le Comité de Gestion : « la bonne gouvernance », du simple  fait que, depuis deux ans, nous n’avons eu aucune réponse à nos nombreux courriers, alors que nous sommes pourtant membres du Comité de Gestion.
  2. La méthode LISODE telle qu’ elle est appliquée par la DAM ne respecte aucun des principes de cette méthode, à savoir la transparence autant sur le  fond que la  forme, la neutralité des animateurs, la prise en compte des arguments développés lors des concertations en amont des décisions et la levée progressive des objections, pour aboutir non à un consensus mais à une décision par consentement. Nous considérons cette  façon de  faire comme une manipulation qui ne vise qu’à « diviser pour mieux régner » dans le seul but, sous couvert de protection de l’environnement, de financiariser les ressources du PNMC pour en tirer au plus vite (ex : le Ponant) le maximum de profits.
  3. N’ayant pas pu participer à l’atelier sur Chesterfield et Bellona, sous prétexte du manque de places, vu le manque d’informations scientifiques de l’état initial nous demandons le classement en réserve intégrale de l’ensemble des zones d’intérêt écologique reconnu qui  faisait consensus lors du bureau 13, en étendant ce niveau de classement aux Mont sous-marins.
  4. Nous émettons un avis défavorable à l’exception accordée au bateau Sonja dans l’arrêté de classement des Chesterfield, pour la pêche aux holothuries et aux langoustes, dans la mesure où cette exception ne repose sur aucune étude scientifique sérieuse concernant les stocks ou le rôle écologique de ces espèces ni l’impact de leur prélèvement dans cette zone. Selon le Principe de Précaution constitutionnel, il convient de s’assurer de sa soutenabilité avant d’autoriser une activité.

Nous vous prions d’agréer messieurs, l’expression de nos salutations respectueuses
ACTION BIOSPHERE