Eloignez les navires de croisière des îles coralliennes préservées par leur isolement.

  • Temps de lecture 1 minute
Fous à pieds rouges nichant sur l’îlot Loop dans l'archipel de Chesterfield.

Fous à pieds rouges (Sula sula) nichant sur l’îlot Loop dans l'archipel de Chesterfield.

Version française d’une lettre à l’éditeur intitulée « Keep cruises off remote coral reef rich in fish and birds » parue dans la revue Nature, le 20 juin 2018
Philippe Borsa, Bertrand Richer de Forges
Institut de recherche pour le développement, Nouméa, Nouvelle-Calédonie
Julien Baudat-Franceschi
Corte, France
philippe.borsa@ird.fr

A peine 3% des récifs coralliens de nos océans restent dans un état quasi-vierge ; environ un tiers d'entre eux sont situés dans la mer de Corail. L'ensemble récifal des Chesterfield, l'un des plus grands atolls du monde, en fait partie. Son isolement, loin des activités humaines a permis, jusqu'à présent, de préserver sa riche biodiversité. Nous demandons au gouvernement de Nouvelle-Calédonie, qu’il renonce à son projet d’exposer ces précieux récifs à l’impact destructeur des navires de croisière et de l'écotourisme de masse.
Les récifs des Chesterfield ont été épargnés par le phénomène de blanchiment massif qui a, en 2016 affecté les récifs coralliens du monde entier. Les îlots sableux des Chesterfield accueillent les plus grandes colonies d'oiseaux marins du Pacifique ouest tropical. De fait, les composés azotés provenant du guano des oiseaux marins pourrait bien aider ces derniers à se maintenir en bonne santé (A. Lorrain et al., Scientific Reports 7, 3721, 2017).
Comprenant une variété remarquable de coraux, les récifs abritent une grande diversité de bancs de poissons et d'espèces telles que la sterne néréis Sternula nereis, menacée d’extinction, plusieurs gastéropodes marins endémiques et un serpent de mer endémique, Hydrophis laboutei. Ils sont également un site de nidification d'importance régionale pour la tortue verte Chelonia mydas.
Les navires de croisière perturberont inévitablement les habitats et la faune du récif et du lagon. Leurs centaines de passagers perturberont mortellement les colonies d'oiseaux marins reproducteurs, en dérangeant les adultes nicheurs de façon répétée, au point de les faire déserter le nid. Cela pourrait affecter, en particulier, le fou brun Sula leucogaster, les frégates ariel et Pacifique (Fregata ariel et F. minor) et la sterne fuligineuse Onychoprion fuscatus.